Il était une fois un paysan appelé Ivan et sa femme bien-aimée Maria.

Tous les deux vécurent en amour et en harmonie parfaits, cependant ils n’eurent pas d’enfants. Il furent alors vieux, seuls et admiraient les enfants des autres. Ce fut leur destin.

Un jour quand l’hiver fut arrivé et alors que la neige arrivait jusqu’au genoux, les enfants sortirent dehors pour s’amuser et les vieillards s’installèrent confortablement devant la fenêtre de leur petite maison pour les regarder.

M. Malkous, illustration du conte "Snégourotchka"

M. Malkous, illustration du conte « Snégourotchka »

Les enfants coururent dans la neige et sculptèrent une baba de neige (en russe un bonhomme de neige s’appelle la baba de neige) . Ivan et Maria les regardèrent silencieusement a travers la fenêtre. Soudainement Ivan sourit et dit :

Et si on allait en faire une?

 

Maria se fut réjouit et répondit :

-Allons-y. Dis moi juste a quoi nous servira cette baba de neige qui ne pourra pas remplir notre solitude ? Faisions une enfant de neige si Dieu nous en a fait abstraction.

-C’est vrai c’est vrai- dira Ivan et ils partirent dans le jardin.

Ils commencèrent alors a sculpter une petite fille en neige. Ils formèrent une boule de neige pour le corps avec des petits bras et des jambes, mirent une autre boule par dessus et façonnèrent une petite tête.

-Voulez-vous de l’aide ?- demanda un passant.

– Je vous remercie mon cher! – répondit Ivan

– Que faites vous ?

– Une fille de neige – répliquât Ivan

– Snégourotchka…prononça Maria

M. Malkous, illustration du conte "Snégourotchka"

M. Malkous, illustration du conte « Snégourotchka »

Ils sculptèrent un petit nez, des fossettes sur son front, Ivan dessina une bouche quand tout d’un coup il sentit une respiration. Ivan retira sa main tout d’un coup et il vit les fossettes bouger et il vit des petits yeux bleus avec des lèvres rosâtres.

-Qu’est ce que c’est ? N’est-ce pas une malédiction ? – dit Ivan en faisant un signe de croix.

La poupée baissa la tête vers lui comme une vraie, bougea les jambes et les mains dans la neige comme un bébé dans les langes.

-Oh Ivan Ivan ! – s’exclama Maria en frissonnant de joie. Dieu nous bénit!- sauta la vieille femme dans les bras de Snegourotchka. Toute la neige est tombée d’elle comme une coquille d’oeuf et la fille de neige était vraiment vivante.

-Ma chère Snégourotchka !-murmura Maria en serrant son enfant inattendu et bien-aimé en l’emmenant dans son isba.

Ivan était émerveillé et Maria resta muette de joie.

Snégourotchka grandit de jours en jours et devint de plus en plus belle. Les filles du village fréquentèrent de plus en plus l’isba. Elles divertirent et pouponnèrent la fille de Maria comme une poupée : lui parlèrent, chantèrent, lui apprirent des jeux et donnèrent tout leur savoir. La fille de neige était intelligente, elle repérait et apprit tout de ses copines.

M. Malkous, illustration du conte "Snégourotchka"

M. Malkous, illustration du conte « Snégourotchka »

Durant l’hiver elle devint comme une jeune fille de 1 3ans éclairée, parla de tout avec une petite voix tellement douce que les gens s’évadaient en l’écoutant.

Elle fut gentille,sage et polie.

Elle était blanche comme la neige, les yeux de myosotis, une tresse châtain – clair jusqu’aux fesses. Il lui manquait seulement un teint coloré comme si elle n’était pas vraiment vivante… mais même sans cela elle était belle. Elle était si belle que les âmes se réjouissaient en la voyant !

Tout le monde admirait Snégourotchka, surtout Ivan et Maria qui la portaient dans leur coeur.

Voilà Ivan !- dit Maria a son mari.- Dieu nous a accordé le bonheur sur ses vieux jours. Ma tristesse intime s’est passé !

Ivan lui répondit :

-Dieu bénit ! Le bonheur n’est pas éternel et la tristesse n’est pas infinie…

L’hiver fut passé. Le soleil de printemps éclaira la terre. Dans les clairières la verdure fut reverdit, la mauviette jabota. Les donzelles dansèrent en rond près de la bourgade et chantèrent :

-La belle Dame Printemps est là! Par quel chemin es-tu venue? En quoi tu es arrivée?

-Sur un araire et une herse !

Snegourotchka prit ombrage.

M. Malkous, illustration du conte "Snégourotchka"

M. Malkous, illustration du conte « Snégourotchka »

-Que ce passe-t- il ma chérie?- demanda lui Maria en la caressant. – N’es tu pas malade ? Tu es toute triste et pale. Est ce que quelqu’un t’as jeté des maléfices ?

Snegourotchka lui répondait toujours :

-Ne t’inquiètes pas mamie ! Je vais bien…

La dernière neige fondit avec l’arrivée des beaux jours du printemps.

Les jardins et l’herberie fleurirent, les philomèles et d’autres oiseaux chantèrent, tout devint plus mouvementé et plus facétieux.

Snégourotchka quant à elle se renferma sur elle-même de plus en plus , se tint à distance de ses copines, se cacha à l’ombre du jour comme un muguet sous un arbre.

Elle préférait se baigner dans l’eau glacée sous l’osier.

Snégourotchka aimait l’ombre et la fraîcheur ou mieux encore la pluie. Elle était plus heureuse sous la pluie encore que dans la pénombre. Une fois le ciel s’ennuagea , la grêle tomba, la fille de neige fut contente autant qu’une autre fille le serait d’avoir des perles fines.

Une fois que le soleil ressortit et les flocons de neige fondirent , Snegourotchka pleura comme pleur une sœur après son frère.

M. Malkous, illustration du conte "Snégourotchka"

M. Malkous, illustration du conte « Snégourotchka »

Le printemps finit avec l’arrivée de la fête du solstice d’été. Les jeunes filles vinrent chercher Snegourotchka au village et contrarièrent Maria :

-Laisse Snégourotchka venir avec nous !

Maria ne voulait pas la laisser partir avec les filles. Et Snégourotchka ne voulait pas y aller non plus.

Mais Maria pensa que Snégourotchka s’épanouirait, s’égaierait en se promenant. Elle l’embrassa alors et lui dit :

-Vas mon enfant! Amuse toi avec tes copines. Faites attention, les filles, prenez soin de ma Snégourotchka.

Ne t’inquiète pas! – s’exclamèrent les filles en prenant Snegourotchka par les bras et en partant dans le bois. Elles y ourdirent les couronnes et des bouquets de fleurs , elles chantèrent leurs chansons facétieuses. Snegourotchka était contente avec elles.

Quand le soleil fut couché, les jeunes filles firent un feu avec des feuilles sèches et des branches et se mirent en rang. Snegourotchka était la dernière de la file.

-Regarde comment nous allons courir et fais pareil !

Tout le monde commença alors sauter par dessus le feu en chantant, quand tout d’un coup quelque chose eut fait du bruit et gémit doucement :

-Mmmmm !

M. Malkous, illustration du conte "Snégourotchka"

M. Malkous, illustration du conte « Snégourotchka »

Elles se retournèrent. Mais il n’y avait personne. Elles ne voyaient plus Snégourotchka.

-Ah oui elle nous fait une blague celle là- dirent les filles et se dispersèrent dans le bois pour la chercher.

-Aouuuuh ! Tu es la?- mais personne ne répondit.

-Ou est ce qu’elle a pu aller ?- se demandèrent les filles.

-Elle a du rentrer au village- se dirent les filles et rentrèrent, mais la fille de neige n’y fut pas non plus.

Les copines la cherchèrent le lendemain et l’après demain…Elles fouillèrent chaque arbre, chaque buisson mais la fille de neige avait disparue.

Ivan et Maria se lamentèrent et pleurèrent pendant longtemps. La bonne femme allait dans le bois tous les jours et la cherchait désespérément :

-Ouuuhh ou es tu ma chérie ?….

Dans les bois elle entendit des fois le écho mais la fille de neige restait introuvable.

Où était passé Snégourotchka ? Un loup l’avait-il emmené dans la sombre forêt ou bien un oiseau s’est-il envolé avec elle loin, jusqu’à l’océan ?

Non, ce n’était pas un loup, et pas un oiseau non plus le coupable.

Quand la fille de neige couru et sauta par dessus du feu… elle fondit…et s’envola dans le ciel…

D’après le conte russe d’Alexandre Afanasiev, 1870.

Traduction Margarita Chirkova

Amicalement

Natalia

{lang: 'fr'}

A propos de Natalia Lagoguey

Après avoir enseigné le français en Russie, travaillé comme secrétaire-interprète à l'ambassade belge de Moscou, mis ses compétences aux services de plusieurs sociétés françaises, Natalia a décidé de partager ses connaissances de l'artisanat slave en général et russe en particulier. Ceci via son blog mais également via son pavillon russe ( www.costumerusse.kingeshop.com/ ) ou vous verrez, entre autre, ses créations et des expositions sur le terrain (Marchés, salons, foires...).

3 réponses à Ivan et Maria (le conte russe interprété par Alexandre Afanasiev dans les années 1870)

  • Dalia dit :

    Très joli conte! Et morale de l’histoire, rien n’est éternel malheureusement…Sans oublier qu’il faut savoir rester prudent dans ce qu’on fait!

    • Natalia dit :

      Bonjour et merci, Dalia!
      Je suis tout à fait d’accord que le morale de l’histoire est plutôt triste. Si Snégourotchka avait 30 ans et pas 17, elle aurais fait peut-être plus attention… J’aime beaucoup les contes russes où il y a toujours le morale à la fin comme une conclusion, une leçon pour les enfants.

  • Géraldine dit :

    Bonjour.
    Je vous remercie pour ce conte. Pourriez-vous me dire quelle est la date de publication des illustartions de M. Malkous, SVP? En vous remerciant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce blog est dofollow !