Dans la famille russe, ukrainienne et biélorusse de l’époque la petite fille travaillait en aidant sa mère jusqu’à l’age de 6 ans pleinement. Puis la mère lui apprenait à coudre et à broder.

A partir de 7-8 ans la fille était exemptée  de la plupart des travaux à la maison et se mettait à préparer sa dot de mariage (приданное невесты).

fillette avec la broderie

Fillette en train de broder

 

En plus de différents linges de maison et ses habits (il pouvait y en avoir jusqu’à une trentaine !), elle préparait également de nombreux cadeaux faits mains pour sa future famille.

Les serviettes brodées

Tout d’abord, une serviette brodée était offerte à son fiancé en guise de sa réponse favorable pour les fiançailles.

Ensuite, une serviette brodée était destinée à sa future belle-mère.

L’objectif de ce geste était de montrer son savoir-faire, demander et monter du respect au sein de sa nouvelle famille.

Selon les traditions locales, la jeune fille pouvait broder également un chemisier de mariage pour son futur mari.

A partir de ce moment c’est la jeune mariée qui fait la broderie protectrice pour lui, et non plus sa mère.

 

chemisier du jeune marié, gouvernance de Vyatka, uezd Kotelnicheskiy, déb.20-ème s. Collection du musée de Sergiev Posad.

chemisier du jeune marié, gouvernance de Vyatka, uezd Kotelnicheskiy, déb.20-ème s. Collection du musée de Sergiev Posad.

 Puis la jeune fille préparait de nombreux cadeaux pour les autres membres de sa future famille (oncles, tantes, frères et soeurs de son futur mari et les invités).

Ainsi dans la gouvernance de Simbirsk la jeune fille préparait comme cadeaux une bonne vingtaine de pochettes brodées (лакомник).

Ces pochettes se mettaient sur la ceintures et s’utilisaient pour porter les friandises (les noisettes grillées au sucre, les bonbons, les caramels) par les jeunes filles d’honneur et les autres femmes invitées. Elles la gardaient en souvenir de ce mariage.

costume de fête de jeune fille, gouvernance de Simbirsk, uezd Syzranskiy, 1910-1920
costume de fête de jeune fille, gouvernance de Simbirsk, uezd Syzranskiy, 1910-1920

J’ai parlé un peu plus haut des serviettes brodées.

Je développe : c’est un détail particulier dans la dot du mariage chez certains slaves. On les appelait убрус, ширинка, рушник (Rouchnik).

La taille de ces serviettes se variait de 30-40 cm de large et 150-500 cm de long.

L’utilisation était aussi différente de nos serviettes de cuisine.

Certains Rouchniks entouraient les icônes dans le coin rouge de la maison, pour les grandes fêtes religieuses.

Le coin rouge de la maison est le coin où, traditionnellement, le chef de la famille place l’icône, sur une sorte d’étagère accrochée au mur.

 

Dans ce coin, sous cet icône se passait les évènements les plus importants de la famille comme les fiançailles par exemple.

Les autres étaient brodées exprès pour le mariage pour entourer l’harnais des chevaux de la charette des jeunes mariés, pour nouer les mains des jeunes mariés comme signe d’union, pour mettre sous les pieds des jeunes mariés lors de la cérémonie du mariage, pour porter lors du mariage par les témoins du jeune marié et les filles d’honneur etc…

Le nouveau-né était accueilli dans une serviette brodée pour que le destin soit favorable pour lui.

Ces serviettes étaient brodées différemment à chaque utilisation et évènement.

Elles gardaient non seulement les traditions du lieu mais portaient des différents messages brodés.

serviettes de mariage russe brodées

serviettes de mariage russe brodées

Les motifs géométriques ornaient la serviette où les jeunes mariés se mettaient lors de la cérémonie à l’église.

Ainsi ils se retrouvaient comme sur une nuage, leur union se bénissait dans les cieux.

La mère du jeune mari accueillait le couple devant la maison après l’église en offrant  le pain du mariage avec une petite salière ronde au milieu.

Le tout était porté sur une serviette brodée.

Celle-ci pouvait être ornée d’ un couple d’oiseaux (colombes ou cygnes) et d’un souhait d’harmonie et d’amour aux jeunes mariés, parfois les lettres initialles des prénoms des jeunes.

La jeune fille préparait jusqu’à 20 serviettes pour son mariage.

Mais l’essentielle était celle qui nouait les mains des jeunes mariés.

Celle-ci était particulière.

Elle se brodait des 2 cotés. L’un d’eux représentait la jeune fille et sa famille, l’autre la famille du jeune homme.

Donc si le coté féminine pouvait être brodée bien avant l’accord de mariage, l’autre se préparait juste avant le mariage.

 

serviette brodée, gouvernance de Vologda, 19-ème s.

serviette brodée, gouvernance de Vologda, 19-ème s.

 

 

serviette brodée, gouvernance de Vologda, Solvychegodsk, 19-ème s.

serviette brodée, gouvernance de Vologda, Solvychegodsk, 19-ème s.

 

 

 

La broderie sur cette serviette portaient des informations importantes sur la famille des jeunes gens au moment du mariage.

Cela leur servait souvent comme certificat de mariage. Nous en parlerons dans un article à part.

Amicalement

Natalia

{lang: 'fr'}

A propos de Natalia Lagoguey

Après avoir enseigné le français en Russie, travaillé comme secrétaire-interprète à l'ambassade belge de Moscou, mis ses compétences aux services de plusieurs sociétés françaises, Natalia a décidé de partager ses connaissances de l'artisanat slave en général et russe en particulier. Ceci via son blog mais également via son pavillon russe ( www.costumerusse.kingeshop.com/ ) ou vous verrez, entre autre, ses créations et des expositions sur le terrain (Marchés, salons, foires...).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce blog est dofollow !